Fiche d’information Bouledogue français

Espèce: Chien
Race: Bouledogue français
QUEN-Fiche d`information No. 23-FR
État de traitement: 02.01.2024
Espèce: Chien
Race: Bouledogue français
QUEN-Fiche d`information No. 23-FR
État de traitement: 02.01.2024

1. Description des animaux

Norme de race FCI* N° : 101

Aspect extérieur et caractéristiques critiques requises par la norme :

Selon le standard de race de la FCI, le bouledogue français serait un Molossoide de petite taille avec un physique fort, court et trapu, un visage retroussé et des oreilles piquées. Une « tige courte naturelle » est citée, et on dit aussi que c’est un chien vif, brillant et très musclé.

Bon nombre des caractéristiques requises par le standard de la race nécessitent déjà des formes corporelles pertinentes pour le bien-être animal, telles que la longueur de l’arête du nez requise par le standard de la race, qui devrait être proportionnellement d’environ 1/6 de la longueur totale de la tête, et la queue manquante, beaucoup trop courte ou infirme (voir ci-dessous syndrome de Robinow).

La race est élevée dans diverses associations d’élevage plus petites et plus grandes, à l’intérieur et à l’extérieur des grandes organisations faîtières.

*La loi sur la protection des animaux et l’ordonnance sur la protection des animaux sont juridiquement contraignantes pour l’évaluation de chaque animal

2.1 Figure 1

Bouledogue français.
Photo: QUEN-Archive

2.1 Figure 2

Bouledogue français.
Photo: QUEN-Archive

Vous pouvez trouver plus de photos ici (cliquez sur l’image):

 3. Problèmes/syndromes pouvant survenir dans la race

Parmi plusieurs problèmes et maladies pouvant survenir dans cette race, les plus importants sont décrits ici. Chez la race des bouledogues français, les problèmes / troubles de santé et dispositions fréquents suivants sont connus:

(Veuillez également noter les notices existantes sur les défauts de certaines parties du corps, telles que la brachycéphalie, la queue, BOAS *, ectropion *, entropion).

*est en cours.

  • Brachycéphalie : longueur du nez inférieure à 1/3 de la longueur du crâne (voir système de feux tricolores NL)
  • Pose du canal nasolacrymal – canal lacrymal visible
  • Syndrome des voies respiratoires obstructives brachycéphales (BOAS) et problèmes de gastrite/œsophagite par reflux induits par la pression associés à BOAS et inflammation gastro-intestinale qui en résulte, narines rétrécies: essoufflement, altération de la thermorégulation
  • Maladies tumorales : tumeurs cérébrales primaires, lymphome, etc.
  • Sténose pulmonaire
  • Anomalies interventriculaires septales
  • Désalignements de la mâchoire et des dents, malocclusion
  • Sténose du conduit auditif externe et de l’oreille moyenne avec ou sans otite moyenne
  • Maladies des yeux: par exemple ectropion, entropion, œil de cerise, exophtalmie, strabisme, conjonctivite
  • Kystes arachnoïdiens
  • Défauts du squelette et du système musculaire: Syndrome de type Robinow avec défauts de la tête, de la colonne vertébrale et de la queue, de la colonne vertébrale (malformations vertébrales du corps : vertèbres cunéiformes, blocs et papillon), lésions du disque intervertébral (IDIV), scoliose, lordose, cyphose (« dos de carpe »), malformations pelviennes, dysplasie de la hanche (selon la source 30-40%), dysplasie du coude, fractures osseuses (membres antérieurs), luxation rotulienne
  • Parakératose nasale
  • Dystocie, naissances par césarienne plus fréquentes dues à une disproportion fœto-pelvienne
  • Peau: Intertrigo, Dermatite atopique, Maladies de la peau, Démodécie
  • Inflammation des sacs anaux 
  • Porteurs de gènes à risque, par exemple myélopathie dégénérative chez plus de 20 % des animaux, cystinurie de type 3

Parmi les nombreux problèmes et maladies possibles chez cette race, les plus importants sont décrits ici.

4. Autres races ou espèces animales susceptibles d’être touchées

Autres races de chiens

Raccourcissement du crâne facial (phénotype brachycéphale):
Carlin, Pékinois, Cavalier King Charles Spaniel, Boxer, Shih-Tzu, Bulldog, Bichon maltais, Terrier de Boston, Chihuahua, Griffon Bruxellois, Affenpinscher et autres.

Régulation thermique limitée par des problèmes respiratoires:
Carlin, Bulldog ( voir à BOAS).

Ectropion:
Carlin, Boxer, Dogue Allemand, Mastiff, Basset Hound, Chien de Terre-Neuve, Matin Napolitain, Saint-Bernard

Entropion:
Chien de Saint-Hubert, Bulldog, Chow-Chow, Rottweiler, Shar Pei et beaucoup de Retriever

Malformations du corps vertébral:

  • Vertèbres de coin, de papillon et de bloc: Carlin, Bulldog, Pékinois, Terrier de Boston et autres.
  • Queue raccourcie ou tire-bouchon: Boston Terrier, Bulldog
  • Syndrome de Robinow: En plus des bouledogues français et anglais et du  Terrier de Boston, la variante DVL2 a également été trouvée à l’état homozygote ou hétérozygote dans les races suivantes: American Pitbull Terrier, Staffordshire Bull Terrier, Shih Tzu, American Staffordshire Terrier, Dogue de Bordeaux, Olde English Bulldog et American Bulldog. Dans ces races, la variante semble également être associée au phénotype brachycéphalique ainsi qu’aux malformations des vertèbres caudales. Cependant, ici, contrairement aux races à tige de tire-bouchon, le nombre absolu de vertèbres n’est pas réduit et la queue n’est pas complètement malformée.
  • Naissances par césarienne plus fréquentes: Terrier de Boston, Bulldog, Mastiff, Terrier Ecossais, Bull Terrier Miniature, Chien D´Arret Allemand à Poil Dur, Clumber Spaniel, Pékinois, Dandie Dinmont Terrier, Saint-Bernard

Dermatite des plis cutanés:

Pékinois, Bulldog, Terrier de Boston, Carlin, Shar Pei et bien d’autres.

Autres espèces animales

Raccourcissement du crâne facial: 

Chat persan et exotique à poil court, lapin à tête de lion.

Malformations du corps vertébral:

  • Vertèbres cunéiformes, papillons et blocs : chat
  • Tige raccourcie ou tire-bouchon: chat

Naissances par césarienne plus fréquentes: chat

5. Symptomatologie et valeur pathologique de certains défauts: Importance/effets du défaut sur le bien-être physique/psychologique (stress) de l’animal individuel et classification dans la catégorie de contrainte∗

 Les défauts individuels liés à la reproduction sont classés dans différentes catégories de contraintes en fonction du degré de gravité. La catégorie de contrainte globale dépend du défaut le plus grave trouvé chez l’animal individuel. Le système catégories de contraintes en tant que développement ultérieur basé sur le modèle suisse est encore en construction, de sorte que les valeurs de catégorie de contrainte faites ici doivent être considérées comme provisoires.

Gough et al (2018) indiquent de nombreuses prédispositions différentes aux maladies du bouledogue français:

Cancer

La cause fréquente de décès chez le bouledogue français est représentée par les maladies tumorales du système nerveux (tumeurs cérébrales), qui sont suivies par les convulsions et les symptômes neurologiques et les  syndrômes  de la queue de cheval.

Physique: Tumeurs cérébrales primaires. En règle générale, celles-ci ne sont pas opérés chez les chiens.

Psychique: Les affections tumorales  sont tôt ou tard liées à des souffrances et douleurs qui influence de manière croissante son bien-être.

Catégorie de contrainte: 3


Raccourcissement de la brachycéphalie crânienne faciale

Physique: Les animaux affectés ont des problèmes respiratoires massifs dus à la déformation du nez / de la bouche / de la gorge ; ils luttent contre une résistance respiratoire beaucoup plus élevée que les animaux en bonne santé. En raison de l’épaississement du palais mou, il y a des difficultés à avaler et souvent le vomissement simultané des aliments qui viennent d’être ingérés, ainsi que des crises de suffocation. Perturbations du comportement du sommeil dues à l’essoufflement en position couchée.

Un pli s’étendant sur l’arête du nez altère l’action des muscles releveur nasolabiaux, pars labialis et releveur labial  supérieur, entravant ainsi la respiration.

Psychologique: Une vie physiologique et adaptée à l’espèce n’est plus possible, car les animaux affectés sont exposés à la peur de la suffocation pour le reste de leur vie. Cela peut être vu dans les divers mécanismes compensatoires que ces chiens ont acquis pour survivre. S’allonger à plat sur des surfaces fraîches pour refroidir tout le corps et trop étirer votre cou pendant le sommeil ne sont que deux de ces symptômes. Même si les animaux affectés s’adaptent à la situation dans leur comportement cela reste une restriction de la qualité de vie.
Les chiens affectés sont extrêmement limités dans leur communication avec leurs congénères et aussi dans leur hygiène personnelle en raison des vocalisations correspondantes (respiration sifflante, toux, respiration lourde), qui sont souvent mal interprétées par les autres chiens comme des grognements, ainsi que par les conditions physiologiques (yeux exorbités, visage ridé, queue manquante, dos court).

Catégorie de contrainte: 3


Pose du canal nasolacrymal

Physique: Très souvent, le canal lacrymal est malformé en raison de la modification du crâne facial due à l’élevage et son tracé est très différent. Il est souvent considérablement réduit en longueur (jusqu’à 57 % par rapport aux races normocéphales) et peut présenter une forte inclinaison. Cela entraîne une obstruction partielle ou totale du canal, de sorte que le liquide lacrymal s’écoule vers l’extérieur. Un indice de ce défaut est l’apparition d’une „route des larmes“ avec une coloration brunâtre du pelage qui, lorsqu’elle se prolonge dans un pli, entraîne souvent une dermatite. Dans de nombreux cas, les conduits lacrymaux des animaux concernés possèdent une ouverture supplémentaire par laquelle le liquide s’écoule vers la partie arrière du cerveau.

Psychique: Selon le degré de gravité, l’écoulement permanent de larmes provoque des inflammations chroniques et récurrentes des plis cutanés, qui peuvent être douloureuses et affecter de manière non négligeable le bien-être de l’animal concerné. Dans ces cas, des soins intensifs à vie et, le cas échéant, des traitements vétérinaires sont nécessaires.

Catégorie de contrainte: 2, en relation avec la brachycéphalie : 3


Maladie cardiaque

Physique: Sténose pulmonaire. La sténose pulmonaire est un rétrécissement (sténose) de la valve cardiaque entre le ventricule droit et la circulation pulmonaire. En conséquence, le ventricule droit doit appliquer plus de pression pour que le sang circule dans l’artère pulmonaire. Dans les cas graves, cela conduit à un essoufflement.

Psychologique: Limitation de la qualité de vie en raison d’une performance limitée et d’un essoufflement

Catégorie de contrainte: 3


Thermorégulation restreinte

Physique: Les chiens qui sont limités dans la fonction respiratoire normale en raison du raccourcissement du crâne facial ont d’énormes problèmes de thermorégulation. Le processus physiologique pour le développement du refroidissement par évaporation et donc du refroidissement du corps du chien (l’air respirant circule à travers la surface muqueuse, la glande nasale latérale produit une sécrétion qui s’égoutte sur la surface de la conche ventrale et est distribuée par l’air inhalé – évaporation par un fort flux d’air) n’est plus donné en raison d’une réduction drastique de la respiration nasale. Par conséquent, avec une grande excitation ou une température extérieure plus élevée, ces animaux halètent sans succès et sont incapables de réguler leur température corporelle interne. L’effondrement et la mort dus à la surchauffe peuvent en résulter.

Psychologique: L’augmentation de la température interne du corps est remarquée par le chien. Cependant, comme il ne peut pas éviter cette maladie – qui met sa vie en danger – il éprouve une peur sévère. De plus, il ne peut pas poursuivre les besoins de son espèce (renifler, explorer, envie prononcée de bouger), mais essaie de s’allonger à plat ventre, etc. trouver des méthodes efficaces pour contrer la surchauffe potentiellement mortelle.

Catégorie de contrainte  3


Affections auriculaires 

Physique:  Modification du conduit auditif externe et de l’oreille moyenne, qui conduisent à un épanchement dans la bulle tympanique et à des infections secondaires. L’épanchement servient souvent avec un épaississement de la bulle. Les chiens atteints souffrent souvent de capacités auditives réduites . L’examen par un vétérinaire sur animal vigile est presque impossible car les chiens atteints ont des conduits rétrécis à un haut niveau.  

Psychique : La capacité auditive réduite affecte le chien dans ses capacités sensorielles et dans son appréciation des stimuli du monde externes comme dans la communication avec son partenaire humain et ses congénères et peut conduire à de l’insécurité ; le chien doit compenser ce déficit autrement.

Catégorie de contrainte : 2-3


Ectropion/Entropion médial 

Physique: Les deux affections surviennent chez le Bulldog français et sont liés à une fente palpébrale trop étendue et des yeux saillants.

Les paupières ne peuvent fréquemment pas être fermées et cela conduit à des perturbations de l’hydratation de la cornée qui débouchent souvent sur un traitement à base de gel ou des traitements médicaux durables.

Psychique: La cornée sans cesse concernée ( trop sèche ou irritée par entropion) et la sclère conduisent chez le chien à des douleurs chroniques qui affectent continuellement le bien-être et conduisent à des douleurs

Catégorie de contrainte  2-3


Malformations des corps vertébraux et déformation de la verge

Physique: Les chiens affectés ont des vertèbres cunéiformes, de type papillon ou bloc, qui sont généralement liées à la queue raccourcie ou à la queue en tire-bouchon, mais aussi au raccourcissement du crâne facial. Les déformations de la queue de haut grade en particulier sont très corrélées de manière significative avec les vertèbres en coin vertébrales en amont, et les chiens affectés souffrent souvent de déficits neurologiques. Les malformations du corps vertébral entraînent non seulement une séquence non physiologique de mouvements et de boiterie, mais signifient également une douleur pour l’animal affecté, parfois aussi en raison d’une courbure complexe de la colonne vertébrale, du dos de carp, d’une tendance aux hernies discales ou aux déficits neurologiques ainsi qu’à l’ataxie et à l’atrophie musculaire.

Les formulations dans le standard de la race qui peuvent être problématiques même sans hyper-typage, telles que la tolérance d’une soi-disant « queue de tire-bouchon » « QUEUE: … nouée, cassée ou relativement longue ne dépassant pas la pointe du jarret, est admise. » découlent d’un manque total de compréhension de la situation: les queues de tire-bouchon (dues au syndrome de Robinow, causé par une variante génétique du gène DVL2) sont associées à des malformations de la colonne vertébrale et favorisent le développement d’une inflammation de la peau dans les plis cutanés.

Psychique:

  1. Colonne vertébrale: Les maladies du disque intervertébral et les malformations de la colonne vertébrale sont généralement accompagnées de douleurs et éventuellement de déficits neurologiques et de paralysie, ce qui nuit considérablement au bien-être et à la qualité de vie. Un dos court nuit également à l’hygiène personnelle et à un processus d’accouchement normal.
  2. Queue: Il n’est plus possible pour les chiens d’atteindre les orifices corporels (anus et surtout les organes génitaux féminins) ou de les recouvrir de la queue et ainsi les protéger ou de soulever suffisamment la queue lors de la défécation. Même comme moyen d’exprimer le répertoire comportemental naturel et approprié à l’espèce, une queue de tire-bouchon ou une queue manquante à l’exception de quelques liens ne peut guère ou pas du tout être utilisée.

Les chiens communiquent notamment visuellement avec d’autres individus en modifiant la position de différentes parties de leur corps. Le contrôle par des muscles volontaires permet aux chiens de présenter un large éventail de postures et de positions de parties du corps, qui fournissent différentes informations sur l’état interne et les intentions de l’émetteur du signal.
Par le biais de la sélection artificielle, l’homme a provoqué pendant de nombreuses années des changements dans l’anatomie et la morphologie des chiens qui ont réduit la capacité de plusieurs races à émettre des signaux sociaux. Par exemple, les chiens brachycéphales ont perdu la flexibilité d’exprimer différentes expressions faciales et les chiens aux oreilles dressées en permanence ou à la queue très courte ne peuvent pas exprimer une partie de leur répertoire.
ne peuvent pas montrer un répertoire de comportements normalement exprimés par ces structures anatomiques.

Le manque de possibilité de pouvoir exercer un répertoire comportemental instinctif est généralement subsumé sous le terme de souffrance.

Catégorie de contrainte: 3


Dermatite des plis cutanés

Physique: Inflammation de la peau due à des rides cutanées massives sur le visage /museau, mais aussi dans la zone de la queue, en particulier avec les queues de tire-bouchon. Cela entraîne une rougeur et une inflammation douloureuses dues à la colonisation bactérienne dans un environnement humide et chaud. Les cas graves peuvent devoir être corrigés chirurgicalement. Les zones enflammées sont douloureuses et les chiens affectés souffrent de démangeaisons.

Psychologique: Les animaux affectés souffrent de démangeaisons et de douleurs, les symptômes doivent souvent être surveillés et traités tout au long de la vie du chien. Des interventions vétérinaires régulières sont généralement nécessaires pour cela et causent un stress supplémentaire au chien.

Catégorie de contrainte: 1-2


Parakératose nasale :

Physique: La parakératose nasale/hyperkératose est un défaut génétique qui entraîne une déshydratation du nez du chien. Surtout sur la face supérieure (miroir nasal dorsal), une couche sèche de peau se forme qui ne peut pas être enlevée. Des fissures peuvent se former, entraînant des infections causées par des bactéries. Un éclaircissement du miroir nasal à l’origine sombre peut également être observé.
Les premiers symptômes apparaissent entre 6 mois et un an. Un traitement symptomatique avec de la vaseline, du propylène glycol ou des produits contenant de l’acide salicylique peut aider à dissoudre la croûte sèche. Dans chaque cas, il s’agit de mesures de traitement nécessaires au quotidien. Au sens le plus large, il s’agit d’une maladie purement esthétique, mais elle est compliquée par des infections secondaires et des fissures douloureuses et saignantes.

Psychique: La para/hyperkératose nasale est très désagréable à douloureuse pour des chiens, dont le nez est l’organe le plus sensible.

Catégorie de contrainte: 2

6. Héritabilité, Génétique, le cas échéant tests génétiques, le cas échéant coefficient moyen de consanguinité pour la race, le cas échéant index de sévérité générique.

Raccourcissement du crâne et problème liés à la thermorégulation aux otites externes au syndrome “meat in the box” etc…

Le raccourcissement du crâne est à relier à la sélection massive dans la pratique donc déterminée génétiquement et consiste en plusieurs composants.

Robinow-like Syndrome: 

Une variante génétique du gène DVL2 a été identifiée chez le bulldog qui existe de façon fixé chez le Bouledogue français, anglais, le Terrier de Boston et qui va se manifester dans le phénotype. Cette variante est corrélée avec des malformations de la colonne vertébrale thoracique et caudale et contribue avec les variantes déjà connues dans les gènes SMCO2 und BMP3, au phénotype  brachycéphale. La variante semble être transmise sur le mode autosomal récessif ; elle montre une pénétrance incomplète avec des différences d’un individu homozygote à l’autre. Des indices d’un lien de cette variante DVL2 avec d’autres problèmes de santé comme le syndrome obstructif des voies respiratoires (BOAS) ou les anomalies cardiaques congénitales  sont encore en cours d’investigations.

Tests génétiques: Chez les Bouledogues français, anglais et les Terriers de Boston  est  constatée l’existence d’une variante du gène DVL2 (les chiens de ces trois races sont homozygotes pour la variante  DVL2/DVL2). Un test génétique est disponible.

Autres tests génétiques disponibles pour la race:

Chondrodysplasie et dystrophie (risque de IDIV),
Myélopathie dégénérative (exon2),
Cystinurie,
Rétinopathie multifocale canine,
Hypothyroïdie congénitale,
Cataracte héréditaire.

Coefficient de consanguinité moyen de la race: > 25-30%

Le degré moyen de consanguinité chez les bouledogues français est de près de 30%. Un croisement fraternel produit 25% de consanguinité. Ainsi, ces données montrent que la reproduction moyenne est l’équivalent génétique d’un croisement fraternel complet.
Une population qui produit principalement des animaux sains aurait un degré de consanguinité d’environ 5% ou moins. On s’attend à ce qu’avec un degré de consanguinité supérieur à environ 10%, des maladies génétiques et une perte de santé se produisent.

Indice générique de gravité de la maladie/ utilisé ici comme synonyme de catégorie de contrainte:

L’indice de gravité de la maladie comme ajustement de la gravité pour les groupes liés au diagnostic :

Un indice de gravité a été développé par une équipe de chercheurs, de médecins et d’infirmières de l’Université Johns Hopkins. Il a été conçu comme un système de classification générique médicalement significatif qui peut différencier la gravité de la maladie des patients hospitalisés. Le système des catégories de contrainte de la Suisse et le système de l’indice générique de gravité des maladies (Asher et al., 2009) se sont développés sur cette base.

Pour déterminer la gravité de la maladie pour un cas individuel, un évaluateur classe chacune des affections qui surviennent dans l’un des quatre niveaux de gravité croissante (catégories de contrainte) en évaluant les résultats de l’examen de l’animal. Des définitions pour chacun des quatre niveaux sont fournies, et les évaluateurs doivent être en mesure de distinguer les raisons du choix du niveau. L’évaluateur attribue ensuite une valeur de gravité globale à l’animal sur une échelle de quatre points en intégrant implicitement les valeurs des défauts individuels trouvés sur l’animal.

Pour certaines races, comme le bouledogue français, les valeurs initiales liées à la race aboutissent déjà à la catégorie globale 0 sur une échelle d’évaluation de 3 à 3.

7. Examens diagnostiques avant reproduction ou exposition

a. Diagnostic

Raccourcissement du crâne facial et problèmes associés à la thermorégulation, aux maladies de l’oreille, au syndrome de la viande en boîte, etc.:

Les propriétaires se tournent généralement vers le vétérinaire/clinique en raison des problèmes respiratoires massifs ou des problèmes de prise alimentaire. L’endoscopie peut être utilisée pour détecter la sténose, les constrictions dans le vestibule nasal, l’excès de longueur, l’épaississement du palais mou, les changements dans la trachée, ainsi que l’excès de tissu dans la cavité nasopharyngée / buccale. En plus du changement de forme de la tête, des narines et des mâchoires, qui peut déjà être détecté par l’observateur, une procédure d’imagerie multidimensionnelle (scanner crânien) apporte de la clarté.

Test génétique : Syndrome de Robinow.

Dans les cas graves, des interventions chirurgicales complexes sont nécessaires pour soulager le chien de l’essoufflement aigu. Les changements ne sont pas réparables.

Troubles de l’oreille:

Souvent plus d’une découverte fortuite, car les conduits auditifs sont souvent si rétrécis que le tympan peut à peine être visualisé. Un examen n’est généralement possible que sous anesthésie.

Maladie cardiaque (sténose pulmonaire, anomalies du septum ventriculaire):

Les souffles cardiaques peuvent être détectés par le vétérinaire (en particulier en relation avec l’intolérance à la chaleur), un examen plus approfondi au moyen d’une échographie cardiaque est nécessaire.

Luxation rotulienne: examen vétérinaire.

Maladies oculaires (ectropion/entropion, ulcères cornéens, yeux de cerise)

Visible de l’extérieur et donc facile à diagnostiquer par le vétérinaire. Selon la gravité, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Anomalie du  canal nasolacrymal:

Le blocage du système de conduits entraîne un reflux visible du liquide lacrymal et une macération des tissus environnants. Sur cette base, des bactéries ou des champignons peuvent s’installer, entraînant une infection des tissus environnants.

Affections neurologiques (tumeurs cérébrales primaires) et défauts du squelette tels que malformations vertébrales, lésions du disque intervertébral (IDIV), la queue raccourcie ou en tire-bouchon, la dysplasie du coude et de la hanche:

La tige peut être vue et ressentie de l’extérieur, ce qui la rend facile à diagnostiquer. Étant donné qu’une queue malformée survient dans un pourcentage élevé de cas liés à des malformations vertébrales du corps, un examen squelettique sous anesthésie à l’aide de techniques d’imagerie multidimensionnelle est nécessaire pour l’imagerie simultanée des coudes, des hanches et du bassin.

Affections cutanées: (hyperkératose nasale, atopie et dermatite des plis cutanés):

Diagnostics vétérinaires. Dans les cas massifs, l’élimination des plis cutanés excessifs peut être nécessaire.

b. Examens nécessaires avant la reproduction et l’exposition

Inspection/contrôle de l’animal individuel: l’aspect visuel donne la première indication de tout défaut sous-jacent, par exemple brachycéphalie (longueur du nez inférieure à 1/3 de la longueur totale du crâne), manquant ou gravement raccourci (ne couvrant pas complètement les organes génitaux) ou queue infirme. Ceux-ci et les animaux présentant des bruits respiratoires audibles de tous degrés de gravité (BOAS) doivent de toute façon être exclus de la reproduction et de l’exposition.

Examen préalable à l’élevage et à l’exposition:

  • Respiratoire: test d’effort certifié. Fréquence: annuelle à partir de 24 mois.
  • Tête: dentition, mâchoire, yeux, oreilles, crâne, cerveau (CT). Fréquence: unique à partir de 12 mois.
  • Squelette: cou, colonne vertébrale, queue, coude, hanche, bassin (CT). Fréquence: une fois à partir de 12 mois.
  • Yeux: Ophtalmologie par examen vétérinaire. Fréquence: annuelle.
  • Peau: Inspection par examen vétérinaire. Fréquence : annuelle.
  • Test génétique: Syndrome de Robinow, coefficient de consanguinité génétique. Fréquence une fois avant la reproduction et/ou l’exposition.

8. Du point de vue du bien-être animal, les ordonnances nécessaires ou possibles

Les décisions relatives à l’interdiction de la reproduction ou de l’exposition devraient être prises en ce qui concerne la catégorie de contrainte. Selon la gravité et les résultats, le facteur décisif pour une interdiction d’élevage peut être à la fois le plus grave, c’est-à-dire le plus préjudiciable à l’animal, et sa classification dans l’une des catégories de contrainte, ou l’évaluation du contexte s’il existe de nombreux défauts individuels liés à l’élevage. Si nécessaire, le coefficient de consanguinité individuel d’un animal et la caractéristique en tant que porteur de gènes à risque devraient également être pris en compte.

a) Ordonnances paraissant nécessaires

Interdiction des animaux reproducteurs en présence de défauts/caractéristiques de catégorie de contrainte 2 ou 3.

ou

Interdiction d’élevage conformément au §11b Loi sur la protection des animaux (en Allemagne) pour les animaux présentant des défauts héréditaires/liés à l’élevage, en particulier

  • avec des changements dans le système squelettique: tête, colonne vertébrale, hanche, bassin, coude.
  • avec syndrome des voies respiratoires obstructives brachycéphales de tous degrés de gravité (BOAS).
  • test génétique positif pour le syndrome de Robinow. Le génotype de DVL2 doit être évalué en relation avec le tableau clinique.
  • avec une mâchoire supérieure extrêmement raccourcie, des désalignements des dents (surtout visibles lorsque la bouche est fermée) ou une malocclusion, absence ou position transversale de plusieurs molaires.
  • sans queue libre de pliage, librement mobile et de longueur suffisante (couvrant les organes génitaux) qui soit pleinement adaptée à la communication adaptée à l’espèce.

Interdiction de reproduction limitée en présence de défauts/caractères de la catégorie de contrainte 1 et d’un coefficient de consanguinité génétique supérieur à 20 %.

Interdiction de l’exposition de tous les animaux présentant des défauts de catégorie de contrainte 2 ou 3. Les animaux porteurs de défauts/caractéristiques pouvant être affectés au niveau de contrainte 2 ou 3 selon le modèle suisse ne peuvent être ni élevés ni exposés. L’exposition de ces animaux doit être interdite conformément au § 10 TierSchHuV – encore plus à la lumière de l’article 20a GG (si nécessaire en liaison avec le § 16a Abs.1 S.1 TierSchG, Allemagne).

b) Ordonnances possibles

 Ordonnance d’infertilité permanente (stérilisation/castration) conformément à l’article 11b (2).

c) c) Ordonnances possibles si les défauts décrits ci-dessus n’existent pas;

  • p. ex. calcul du COI individuel des partenaires de sélection
  • Conditions – Permis de reproduction avec dispositions accessoires

À noter:

Les mesures prises par l’autorité compétente doivent être reconnues comme étant de nature à prévenir à l’avenir des dommages à l’animal concerné et/ou à sa progéniture. En ce qui concerne le type et la profondeur du traitement des ordres et des interdictions d’élevage, les décisions sont toujours prises au cas par cas à la discrétion de l’autorité compétente, en tenant compte des circonstances constatées sur place.

9. Appréciations générales en terme de protection animale

a) Du point de vue vétérinaire les chiens avec les défauts décrits plus haut en Allemagne sont des élevages maltraitants au sens du paragraphe 11 de la loi de protection animale.

Il convient de noter qu’une interdiction d’élevage s’applique non seulement si l’élevage est effectué avec des animaux qui présentent eux-mêmes des caractéristiques pertinentes pour la reproduction de torture (porteurs de caractères), mais aussi s’il est connu ou doit savoir qu’un animal utilisé pour la reproduction peut hériter de caractéristiques pouvant entraîner l’un des changements indésirables dans la progéniture (porteur; en particulier les animaux qui ont déjà produit une progéniture endommagée; cf. Binder § 5 ÖTSchG zu Z 1).
Une indication importante d’un défaut héréditaire est qu’une maladie ou une déviation comportementale survient plus fréquemment chez les animaux apparentés que dans la population globale. Le fait que la race ou la population se soit avérée viable sur une plus longue période ne milite pas contre les dommages (cf. Lorz/Metzger § 11b Rn.12).

L’interdiction s’applique quel que soit l’aspect subjectif de l’infraction, c’est-à-dire indépendamment du fait que l’obtenteur lui-même ait reconnu ou aurait dû reconnaître la possibilité de conséquences dommageables (Lorz/Metzger § 11b Rn. 4). En raison de cette norme objective de soins, il ne peut pas compter sur un manque de connaissances subjectives ou d’expérience si les connaissances et l’expérience respectives peuvent être attendues d’un éleveur prudent de l’espèce animale respective.

Les changements héréditaires dans la descendance sont prévisibles même s’il n’est pas certain qu’ils ne se produisent qu’après un saut générationnel dans les générations ultérieures (cf. Goetschel in Kluge § 11b Rn. 14).

Raison: Les résultats suggèrent qu’à la suite de la reproduction dans la progéniture ou la progéniture, entre autres:

  • Des parties héréditaires du corps ou des organes sont manquants pour une utilisation adaptée à l’espèce ou sont impropres ou redessinés et il en résulte une douleur, une souffrance ou des dommages (§ 11b, paragraphe 1, n° 1 de la loi sur la protection des animaux). Dans ce cas, il n’y a généralement pas de queue fonctionnelle et le crâne facial (brachycéphalie) est remodelé de telle sorte que d’autres dommages se produisent, par exemple à la mâchoire, à la dentition, au canal nasal lacrymal, aux oreilles, aux yeux, au palais mou, etc.
  • Des troubles héréditaires du comportement associés à la souffrance se produisent (§ 11b al. 1 n° 2 a) de la loi sur la protection des animaux), par exemple l’incapacité d’exercer un répertoire comportemental inné.
  • la posture n’est possible qu’en cas de douleur ou de souffrance évitable ou entraîne des dommages (§ 11b al. 1 n° 2 c) de la loi sur la protection des animaux), par exemple dans le cas du syndrome BOAS.


L’élevage d’animaux présentant un ou plusieurs des défauts décrits ci-dessus remplit donc le délit d’élevage sous torture.

b) En Autriche, les chiens présentant les défauts/syndromes décrits ci-dessus doivent être classés comme reproducteurs de torture selon le §5 TSchG.

En particulier, l’article 5 du TschG autrichien est violé par toute personne qui « …..effectue une reproduction prévisible comme étant associée à la douleur, à la souffrance, à l’endommagement ou à la peur de l’animal ou de sa progéniture (reproduction sous torture), de sorte que, de ce fait, en relation avec des anomalies génétiques, un ou plusieurs des symptômes cliniques suivants, en particulier, surviennent chez la progéniture, non seulement temporairement, avec des effets significatifs sur leur santé ou leur parcours physiologique altérer considérablement ou causer un risque accru de blessure ».

Raccourcissement du crâne facial: l’élevage avec des chiens qui souffrent d’un raccourcissement massif du crâne facial et des problèmes associés ou qui sont génétiquement prédisposés doit être qualifié d’élevage de torture, car le symptôme suivant énuméré au § 5 est manifesté: essoufflement, malformations de la dentition.

Les modifications du conduit auditif externe et de l’oreille moyenne: l’élevage de chiens qui souffrent de voies auditives fortement rétrécies ou fortement prédisposés est à qualifier comme élevage maltraitant dans la mesure où les symptômes décrits dans le 5 de la loi se manifestent: surdité, symptômes neurologiques.  

Les cas d’ectropions, les entropions : l’élevage de chiens souffrant d’anomalies oculaires ou sont prédisposés est à classer en élevages maltraitants dans la mesure où les symptômes suivants exprimés dans le § 5 de la loi sont manifestés : inflammation de la conjonctive palpébrale de la cornée ou cécité. 

Malformation de la colonne vertébrale et queue raccourcie: l’élevage de chiens avec modifications de la colonne vertébrale et queue ou qui sont prédisposés est à classer en élevages maltraitants dans la mesure où les symptômes suivants exprimés dans le § 5 de la loi sont manifestés  anomalies locomotrices.

Dermatose des plis: l’élevage de chiens avec Dermatose des plis ou qui sont prédisposés est à classer en élevages maltraitants dans la mesure où les symptômes suivants exprimés dans le § 5 de la loi sont manifestés: inflammation de la peau.

Naissances difficiles césariennes: l’élevage de chiens Bouledogue français est déjà qualifié comme élevage maltraitant en raison du fait qu’il peut être considéré avec un grande probabilité que des naissances naturelles ne sont pas possibles. 

Des évaluations ou expertises légales peuvent sur demande auprès des services vétérinaires être mis à disposition pour usage professionnel.

10. Juridiction pertinente

Allemagne: OVG Lüneburg, Beschluss v. 25.10.2022, 11 ME 221722
Autriche: non
Suisse: non
Pays-Bas: Pas connu
France: Pas connu

11. Y a t il des exemples d’ordonnances?

Oui, plusieurs d’entre eux. Sont envoyés sur demande aux services vétérinaires ou un contact est établi avec l’autorité émettrice.

Les exemples d‘ ordonnances ne sont mis à la disposition des bureaux vétérinaires pour un usage officiel que sur demande.

12. Bibliographie/Références /Liens

À ce stade, seule une sélection de sources sur les défauts décrits ci-dessus et, le cas échéant, la littérature générale sur les défauts liés à l’élevage chez les chiens est donnée. Des listes plus complètes de littérature sur le contexte scientifique sont envoyées exclusivement aux bureaux vétérinaires sur demande.

Remarque: La description des problèmes de santé associés au caractère, pour lesquels les connaissances scientifiques sont insuffisantes jusqu’à présent, est basée sur l’expérience correspondante d’experts de la pratique vétérinaire et / ou d’institutions universitaires, ainsi que sur des bases de données ou des publications librement accessibles au public des compagnies d’assurance animale et provient donc de différentes catégories de preuves.

Étant donné que l’élevage et l’exposition sont internationaux aujourd’hui, les informations ne se réfèrent généralement pas uniquement à la prévalence des défauts ou des traits dans les associations, les clubs ou les pays individuels.

Sources:

Asher, L., Diesel, G., Summers, J. F., McGreevy, P. D., Collins, L. M. (2009): Inherited defects in pedigree dogs. Part 1: disorders related to breed standards. The Veterinary Journal. 182(3), 402-11.

Beaucamp, E.; Beaucamp, S. (2021): Erlaubnistatbestände und -verfahren in der tierschutzrechtlichen Praxis. Nach § 11 Tierschutzgesetz. 1. Auflage. Stuttgart: Verlag W. Kohlhammer (Rechtswissenschaften und Verwaltung Handbücher). 

Binder, R. (2019): Das österreichische Tierschutzrecht. Tierschutzgesetz und Tierversuchsgesetz 2012 mit ausführlicher Kommentierung. 4. Auflage. Wien: Edition Juridica in der MANZ’schen Verlags- und Universitätsbuchhandlung GmbH (Juridica Praxiskommentar).

Gough, A.; Thomas, A.; O’Neill, D. (Hg.) (2018): Breed Predispositions to Disease in Dogs and Cats. Chichester, UK: John Wiley & Sons, Ltd.
Breed Predispositions to Disease in Dogs and Cats, 3rd Edition | Wiley

Heissl K. (2017) Klassifikation von kongenitalen Brustwirbelkörpermissbildungen bei Französischen Bulldoggen anhand röntgenologischer und computertomographischer Darstellung und ihr Zusammenhang mit neurologischen Defiziten: Dissertation. Tierärztliche Hochschule Hannover.  https://elib.tiho-hannover.de/receive/etd_mods_00000117

Hirt, A.; Maisack, C.; Moritz, J. (2023): Tierschutzgesetz. Kommentar. Mit TierSchHundeV, TierSchNutztV, TierSchVersV, TierSchTrV, EU-Tiertransport-VO, TierSchlV, EU-Tierschlacht-VO : Kommentar. 4. Auflage. München: Verlag Franz Vahlen. 

Kluge, H.-G. (Hg.) (2002): Tierschutzgesetz. Kommentar. 1. Aufl. Stuttgart: Kohlhammer (Rechtswissenschaften und Verwaltung Kommentare).

Lorz, A.; Metzger, E. (2019): Tierschutzgesetz. Mit Allgemeiner Verwaltungsvorschrift, Art. 20a GG sowie zugehörigen Gesetzen, Rechtsverordnungen und Rechtsakten der Europäischen Union : Kommentar. 7., neubearbeitete Auflage. München: C.H. Beck.

Österreichisches Tierschutzgesetz (2022): Bundesgesetz über den Schutz der Tiere (Tierschutzgesetz – TSchG) https://www.ris.bka.gv.at/GeltendeFassung.wxe?Abfrage=Bundesnormen&Gesetzesnummer=20003541

Packer, R. M.A., O’Neill, Dan G. (2021): Health and Welfare of Brachycephalic (Flat- faced) Companion Animals- A complete Guide for Veterinary and Animal Professionals. CRC Press. Taylor&Francis Group.

Sahr, S., Dietrich, A., Oechtering, G.U. (2021): Evaluating malformations of the lacrimal drainage system in brachycephalic dog breeds: A comparative computed tomography analysis. PLoS One; 16(9):e0257020  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8423249/pdf/pone.0257020.pdf.

Schlensker E, Distl O. (2016) Heritability of hemivertebrae in the French bulldog using an animal threshold model. Vet J ; 207:188–9. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26626092/

Schweizer Tierschutzgesetz (2022): Tierschutzgesetz (TSchG) https://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2008/414/de

Siniscalchi, M.: D’Ingeo, S.; Minunno, M.; Quaranta, A. (2018): Communication in Dogs. Animals (Basel) 8(8):131  https://www.mdpi.com/2076-2615/8/8/131.

TierSchG (2021): Tierschutzgesetz. Deutschland.
https://www.gesetze-im-internet.de/tierschg/BJNR012770972.html

TierSchHuV (2021): Tierschutzhundeverordnung
https://www.gesetze-im-internet.de/tierschhuv/BJNR083800001.html

TSchV (2022): Tierschutzverordnung Schweiz.
https://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2008/416/de

VTSchZ (2014): Verordnung des BLV über den Tierschutz beim Züchten. Schweiz.
https://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2014/747/de

Sie können diese Seite hier in eine PDF-Datei umwandeln: